Les techniques maîtresses des animaux qui se camouflent

Les techniques maîtresses des animaux qui se camouflent

Les animaux peuvent se camoufler de nombreuses façons différentes pour se cacher des prédateurs. Certaines pourraient vous surprendre !

Nous, les êtres humains, utilisons des vêtements pour nous adapter à différentes situations. Mais d’autres créatures vivantes ont un truc dans leur manche : le camouflage. Dans cet article, nous vous en dirons plus sur certains animaux qui se camouflent et sur les techniques de maître qu’ils utilisent. Ils sont vraiment étonnants !

Les animaux qui se camouflent : comment font-ils ?

Le camouflage, également appelé crypsis, est la capacité de certaines créatures à éviter d’être détectées par d’autres animaux. Cette capacité peut être divisée en quatre types :

1. Immobilité
C’est le moyen le plus simple de se cacher des prédateurs, et il comprend même le ralentissement du rythme respiratoire de l’animal. Cela peut les aider à éviter d’être chassés par un reptile ou un amphibien qui ne peut pas voir sa proie si elle ne bouge pas. À un niveau plus “avancé”, certaines créatures essaient même de simuler les mouvements d’autres objets, comme une branche d’arbre qui se déplace dans le vent.

2. Coloration
C’est la technique la plus courante que les créatures utilisent pour se cacher, et elle consiste à prendre la couleur du milieu environnant. Dans certains cas, les créatures peuvent changer de couleur en fonction du temps et du lieu (comme les caméléons ou les seiches). D’autres animaux se camouflent en fonction de la période de l’année. Par exemple, le lièvre arctique a un pelage blanc en hiver et un pelage brun en été.

3. Motifs
La fourrure d’un animal reflète généralement son environnement, de sorte qu’il est difficile pour les prédateurs ou les proies de le voir. Les exemples les plus évidents sont les tigres et les zèbres. Cependant, contrairement aux autres animaux qui changent de couleur, ils ne peuvent pas changer leur motif dans des environnements différents.

4. Autres types de cripsis
Il existe également ce qu’on appelle la crypsie non visuelle, qui interfère avec la perception auditive ou olfactive. Citons par exemple les papillons nocturnes, qui émettent des sons pour confondre les chauves-souris, ou le calmar qui fait gicler de l’encre pour tromper les poissons.