Dois-je manger la croûte de fromage ?

Dois-je manger la croûte de fromage ?

Manger ou ne pas manger la croûte de fromage ? c’est une question courante et dans la plupart des cas, il n’y a pas de règle établie pour cela. Même dans les pays à forte culture fromagère, comme la France, on constate que cela dépend beaucoup plus du goût de chacun que d’une seule règle. La règle principale est la suivante : mangez la croûte de fromage si vous voulez la manger.

La croûte a pour fonction d’aider le fromage à développer sa texture, sa saveur, son arôme, à maintenir son humidité interne et à empêcher sa détérioration. La plupart des croûtes sont une couche compacte de fromage, totalement comestible, où vivent moisissures, levures et bactéries. Cette flore est intentionnellement cultivée parce qu’elle contient des microorganismes bénéfiques qui croissent rapidement et consomment tous les nutriments qui seraient consommés par les microorganismes pathogènes, tuant ces derniers de la faim. Il est donc parfaitement sûr de consommer la croûte du fromage.

Il y a, bien sûr, certaines croûtes que nous ne croyons pas que quiconque recommanderait de manger : les croûtes de bois, les tissus ou l’enduit de plastique ou de cire utilisé dans certains fromages, mais aucune d’entre elles n’est très nocive pour votre santé.

Les croûtes de la plupart des fromages affinés, comme le parmesan, sont pratiquement impossibles à manger : elles sont très difficiles à mordre, car la masse externe sèche avec le temps. Cependant, il est important de ne pas exagérer lors de la coupe de la croûte de ces fromages. Les saveurs les plus complexes et les plus intéressantes se trouvent souvent dans la partie située juste sous la croûte. En fait, dans n’importe quel fromage, le goût et la texture seront différents dans chaque couche, du cœur à la croûte, alors assurez-vous d’essayer chaque morceau.

La question “Devrais-je manger la croûte de fromage ?” est la plus importante lorsqu’il s’agit de fromages à pâte molle (par ex. camembert et brie), de fromages à croûte lavée (reblochon, époisse, etc.) et à pâte mi-dure (par ex. Tomme de Savoie). Encore une fois, il n’y a pas de règles établies. Beaucoup considèrent que la croûte fait partie intégrante du goût du fromage et sont choqués de voir quelqu’un les laisser sur l’assiette. D’autres n’aiment pas le goût intense ou sont gênés par l’idée de manger des moisissures ou des bactéries. Lors de la dégustation d’un de ces fromages à croûte mûre, il est très important de goûter d’abord la partie centrale sans croûte : ainsi, vous pourrez apprécier les saveurs plus subtiles qui sont souvent masquées par une croûte forte.